RÉAPPROPRIONS NOUS LA CITÉ

En action vers un futur qui nous ressemble plus

LA FEDERACTION

Agissons ensemble pour nous réapproprier la cité !

La société civile organisée et les associations en particulier sont un laboratoire vivant d’idées innovantes, démocratiques et adaptées aux besoins actuels ; elles doivent prendre leur place dans l’élaboration des politiques publiques. Le monde politique a besoin de s’appuyer sur leur connaissance du terrain et leur force de proposition ; en leur donnant non seulement une position de partenaire à part entière dans la recherche de solutions aux problèmes sociétaux mais également en levant les contraintes bureaucratiques liées au subventionnement. C’est ainsi qu’un partenariat véritable pourra s’établir dans la recherche de solutions durables aux problèmes actuels que rencontrent notre société́.

Nos buts

Nous accompagnons des projets qui ont un impact qualitatif sur les citoyen-nes et le territoire.

Nous développons de la coopération entre les membres de la Fédéraction et nous partageons des compétences et des bonnes pratiques.

Nous agissons sur les conditions-cadre en favorisant l’émergence de projets citoyens.

Nous militons pour rendre systématique l’implication des personnes concernées dans le processus des projets publics.

Etre acteur

Vous avez un projet pour Genève

 

 

Etre informé

Vous souhaitez être informé-e de nos actions

 

Soutenir

Vous souhaitez soutenir financièrement la Fédéraction

 

Comprendre et agir

Les associations sont des lieux de solidarité, d’exercice de la citoyenneté et d’innovation en matière de recherche de solutions à des problématiques observées, mais elles ont des difficultés à agir de manière coordonnée, à se faire entendre comme de véritables partenaires dans l’élaboration des politiques publiques et subissent de plein fouet les injonctions bureaucratiques de la part de leurs bailleurs. De plus, l’engagement bénévole comme étant un « don de soi » n’est plus un moteur suffisant dans la durée d’une implication associative. Comment les associations peuvent-elles renouveler leurs pratiques sans perdre les valeurs fondatrices de leur projet ?